Ce produit a été ajouté à votre panier

EXPLOITER LA MUSIQUE DEMATERIALISEE - MODE D'EMPLOI

 

L'essentiel

 

Exploiter sa musique dématérialisée avec le maximum de qualité...

Pour les personnes pressées ou qui veulent aller à l'essentiel, ceci est un résumé et une synthèse des chapitres qui suivent, auxquels vous pourrez vous référer pour plus d'explications.

...ce qu'il faut retenir :

* la musique dématérialisée est une musique sous forme de fichiers (encodés, téléchargés ou streamés depuis internet) sans support physique de type CD et stockée sur un support numérique de type disque dur.

* il est possible d'obtenir un résultat supérieur à un très bon lecteur CD avec de la musique dématérialisée.

* ce mode d'utilisation complète et tend à remplacer l'utilisation d'un lecteur CD en offrant des possibilités supplémentaires (gestion de listes de lectures, tris par artistes, par genre, synchronisation avec un baladeur, etc.)

* seuls certains formats garantissent un niveau de qualité optimum (formats sans compression ou avec compression mais sans perte).

* il est possible de télécharger (légalement) de la musique en qualité CD pour un coût inférieur à celui d'un CD (Cf. notre page "Musique à télécharger") ou de s'abonner à des sites de streaming en qualité CD avec un usage illimité de tout leur catalogue (Cf. notre page "Sites de streaming").

* le stockage de ces formats a un coût très faible (compter moins de 200 € environ pour un disque dur réseau de 2 To pouvant stocker jusqu'à 5000 CD)

* il est possible de s'affranchir complètement d'un ordinateur pour gérer et restituer la musique sur un système Hifi (Cf. chapitre ci-dessous "interface pull").

* le prix global de la solution mise en oeuvre sera dépendant de la qualité de restitution, mais aussi de l'ergonomie de l'interface et de l'intégration des différents services disponibles.

Pour plus de précisions, n'hésitez pas à lire les chapitres qui suivent...


 

Comment exploiter au mieux sa musique dematérialisée

avec un système Hifi de qualité

 

De plus en plus de clients sont à la recherche de solutions qui leur permettent d'exploiter sur leur chaine hifi - dans de bonnes conditions - leur musique stockée sur ordinateur.

Il y a plusieurs façons de procéder mais seules certaines garantissent le même niveau de qualité en lecture - voire supérieur - qu'un CD original sur un bon système Hifi.

Nous allons essayer de vous donner ici quelques conseils pour ne pas vous tromper et profiter pleinement des avantages de la musique dématérialisée sur un système haute-fidélité.

 

Musique dématérialisée : Quid ?


Reprenons les choses au début. Qu'est-ce que la musique dématérialisée ? et à quoi cela sert ?

La musique dématérialisée est indépendante d'un support physique de type CD et est stockée sur le disque dur d'un micro-ordinateur ou sur un disque dur en réseau.

Elle peut provenir soit de l'encodage de CD, soit de sites de téléchargement.

Les avantages de cette formule sont multiples : gestion de listes de lectures, tri par artistes, par genre, fonctions de recherche d'un disque, d'un morceau, d'un artiste, sans manipulation des disques et avec la garantie que le disque sera lu exactement de la même façon à chaque fois, ce qui n'est pas le cas d'un lecteur de CD qui fera toujours des erreurs de lecture.

Enfin, la musique dématérialisée peut aussi être sous la fome de musique "streamée" depuis internet. Dans ce cas, rien n'est stocké localement, l'on écoute un flux audio issu soit de radios internet, soit d'un site de streaming de musique (Cf. notre comparatif des sites de streaming).


Informatique et hifi

Dans un contexte d'exploitation de musique dématérialisée, il faut distinguer trois volets très différents :

* le stockage des fichiers
* l'interface permettant l'exploitation de la musique dématérialisée
* la restitution de cette musique sur un système hifi.

Ces trois volets sont développés dans les chapitres qui suivent.


 

La question du stockage...

 

Utiliser de la musique dématérialisée est une chose, encore faut-il pouvoir stocker les fichiers de sorte qu'ils soient accessibles à tout moment et que ce stockage soit sécurisé.

Le plus simple est de les stocker sur le disque dur d'un micro-ordinateur. Encore faut-il que ce disque dur soit d'une capacité suffisante, ce qui n'est pas toujours le cas sur des ordinateurs un peu anciens. En revanche, cette solution implique que l'ordinateur soit allumé lorsque l'on souhaite écouter sa musique dématérialisée.

Il existe aussi des produits intégrés, appelés "serveurs audio" ou "serveurs musicaux" qui permettent de numériser des CD, de les stocker et d'exploiter des services en ligne (radios internet, site de streaming) sans utiliser d'ordinateur. L'avantage de cette solution est qu'elle est totalement intégrée et qu'il n'y a pas besoin d'utiliser un ordinateur. L'inconvénient, c'est que la partie "informatique" du serveur représente une partie importante du coût global, qu'elle est plus "fermée" que des solutions modulaires et que les possibilités sont moins nombreuses.

Le plus pratique est de les stocker sur un disque dur réseau (NAS). Le gros avantage d'un disque dur réseau est qu'il est accessible même lorsque l'ordinateur est éteint. Il en existe de grande capacité (2 To et plus) pour un coût très raisonnable (170 € environ). Un disque de 1 To permet de stocker l'équivalent de 2.500 albums environ, ce qui laisse de la marge pour la plupart des gens.

Le souci d'un disque dur est qu'une panne reste toujours possible. Pour éviter de tout perdre, il est plus que prudent de mettre en place une procédure de sauvegarde. Malgré tout, aucune méthode n'est fiable à 100% mais il est possible de limiter grandement les risques.

Le plus simple est d'acheter 2 disques durs de même capacité et de sauvegarder régulièrement les fichiers de l'un sur l'autre.

Il existe aussi des disques réseau qui comportent en interne plusieurs disques et qui ont des fonctionnalités de sauvegarde automatique d'un disque vers l'autre (appelé RAID 1) ou qui répartissent les données entre plusieurs disques (3 au minimum) mais qui, en cas de défaillance de l'un des disques, peuvent reconstituer les données du 3ème disque à partir de celles contenues sur les 2 autres (appelé RAID 5).

L'inconvénient de cette formule c'est qu'en RAID 1, vous divisez la capacité globale par deux (puisque les données sont dupliquées). De plus, si une panne touche les deux disques présent dans la boite (ex : surtension secteur, court-circuit) toutes les données sont malgré tout perdues. Le RAID 5 pour sa part coûte assez cher (500 € voire beaucoup plus) et ne garantit pas contre une panne de plus d'un disque où toutes les données seraient là-aussi perdues.

Ces solutions sont toutes envisageables mais il faut donc faire un arbitrage entre la capacité totale utilisable, le degré d'automatisation des sauvegardes de fichiers des disques les uns sur les autres et le coût du matériel. Du strict point de vue de la sécurité, nous privilégions la solution de 2 NAS distincts, avec copie manuelle périodique des données d'un disque sur l'autre.

A retenir : à ce stade, le mode de stockage n'a aucune influence sur la qualité audio. Les fichiers sont des fichiers de type informatique qui sont traités et contrôlés comme n'importe quel fichier informatique. Seule la qualité de l'encodage des fichiers peut avoir une influence sur le résultat à l'écoute (Cf. Numériser sa CDthèque - Format).


 

La question de l'interface...


Il existe trois grands types d'interfaces possibles pour exploiter sa musique dématérialisée :

* Un ordinateur "pousse" la musique vers le système Hifi ("Push")
* Une interface "va chercher" la musique sur le disque dur ("Pull")
* Un serveur audio ("intégré") pousse et/ou va chercher la musique.

Interface "Push"


Cette première solution est la plus simple, la plus économique mais procure un résultat qualitativement très variable. Dans ce cas, il suffit d'un logiciel appelé "player" (ex : iTunes, Windows Media Player, WinAmp, etc.) pour gérer sa musique depuis l'ordinateur. Puis, un simple câble entre la sortie casque de l'ordinateur et une entrée auxilliaire de l'ampli permettra à votre système Hifi de jouer la musique présente sur l'ordinateur.

Avantages :

* un simple "player" permet d'exploiter sa musique dématérialisée
* un simple câble relie l'ordinateur à l'ampli
* aucun coût supplémentaire

Cette solution présente néanmoins plusieurs inconvénients majeurs :

* l'ordinateur doit être allumé pour sélectionner la musique à jouer
* la sortie casque de l'ordinateur n'est pas adaptée pour un fonctionnement avec un amplificateur, ce qui peut l'endommager à terme
* les câbles utilisés pour ce type de liaison (mini-jack -> RCA) sont souvent de qualité très médiocres
* l'ordinateur doit être à proximité de l'ampli
* les "player" - souvent propriétaires (ex : Microsoft = Windows Media Player, Apple = iTunes) - ne sont pas toujours compatibles avec tous les formats de musique, ce qui peut être très gênant lorsque votre musique provient d'origines diverses.

Il reste néanmoins possible d'utiliser une carte-son "professionnelle" ou un DAC (convertisseur numérique/analogique) externe de bonne qualité pour pallier certains défauts de cette solution. Néanmoins, dans le cas de l'utilisation d'un câble USB (surtout sur PC), le paramétrage de l'ordinateur devient critique si l'on veut être certain de la qualité résultante. La verson de Windows ainsi que le choix et le paramétrage du logiciel de lecture auront une influence importante sur le résultat. Ces problèmes se simplifient grandement si la liaison est optique au-lieu d'USB mais l'on conserve des résultats très variables d'un logiciel de lecture à l'autre, ce qui ne devrait pas être le cas. Cette solution est donc trompeuse car il ne suffit pas de brancher le câble. Il faut passer du temps à paramétrer son ordinateur pour en tirer le meilleur. Elle est donc réservée aux utilisateurs avertis.


 Musique dématérialisée - Exemple 1

 

Il existe également des solutions alternatives et/ou complémentaires qui résolvent certains inconvénients de ce type fonctionnement, en particulier la liaison filaire entre l'ordinateur et le Dac :

1) l'utilisation d'un module de réception Bluetooth numérique :

La quasi-totalité des ordinateurs, smartphone et tablettes sont équipés du Bluetooth. Dans ses dernières versions (aptX), le bluetooth fonctionne très bien et la perte liée à la transmission est minime ; en tout cas bien moindre que si les fichiers lus sont dans un format compressé destructif (MP3, AAC, etc.). Il est important de choisir un module Bluetooth qui comporte une sortie numérique (en général optique) pour ne pas dépendre de son dac interne (médiocre) et confier la conversion à un dac externe faute de quoi la qualité serait comparable à celle obtenue avec une liaison sortie casque de l'ordinateur.

2) l'utilisation d'une borne Airport Express d'Apple (éventuellement couplée à un logiciel appellé AIRFOIL) :


Cette solution permet de relier l'ordinateur à la chaîne autrement que par un câble, grâce à une liaison Wifi. La borne Airport Express propose une sortie audio double : analogique ou optique sur la même prise mini-jack. Il est donc possible de la relier à l'amplificateur, soit directement avec un câble mini-jack -> RCA, soit via un convertisseur numérique-analogique, via un câble optique mini-jack -> Toslink.

Si vous êtes sur un PC, le logiciel Airfoil (coût de la licence : 25$) permet de transmettre à la borne Airport le flux audio qui est en train de jouer sur l'ordinateur quel qu'il soit. Ainsi, que vous soyez dans un player (iTunes, Windows Media Player), sur un site internet de steaming (Qobuz, Spotify, etc.) vous pouvez envoyer ce flux audio vers votre chaîne hifi tout en bénéficiant de la qualité d'un bon convertisseur numérique-analogique.

Musique dématérialisée - Exemple 2

 

Interface "Pull"

Cette solution peu être plus coûteuse car elle nécessite un produit intermédiaire capable d' "aller chercher" les fichiers musicaux sur le disque dur et de les envoyer à l'ampli. L'on appelle ces dispositifs des lecteurs réseau.

Dans ce cas, ils sont pilotés avec un smartphone ou une tablette qui a le rôle de télécommande et permet de sélectionner la musique sans intervenir sur l'ordinateur. Si le stockage a été effectué sur un disque réseau (NAS), l'ordinateur n'a même pas besoin d'être allumé.

Avantages :

* la souplesse d'utilisation : toute la musique dématérialisée est accessible à partir d'un smartphone ou d'une tablette
* l'ordinateur peut être n'importe où dans la maison et peut être éteint
* fonctionnalités supplémentaires offertes par ces solutions (radios internet, services de "streaming" de type Deezer, Spotify, Qobuz ou Tidal)
* dans certains cas, possibilités d'extension vers un système multi-room
* fonctionnement Wifi ou filaire
* compatibilité avec la plupart des formats de fichiers musicaux existants

Inconvénients :

* la qualité des convertisseurs utilisés par ce type de solutions reste très variable (de mauvaise à excellente). Il est donc recommandé de faire évoluer son système avec un DAC externe si le DAC interne n'est pas au niveau d'un bon système (ex : Sonos, BlueSound, ChromeCast).
* le coût supplémentaire par rapport à une solution de type "push" ( sauf dans le cas d'une ChromeCast Audio de Google)
* une mise en oeuvre qui reste simple mais un peu plus complexe qu'une solution de type "push" (paramétrage réseau)

Il existe plusieurs types de lecteurs réseau :

* depuis peu, la ChromeCast Audio de Google (30 € !) permet de remplir ce rôle avec un coût très faible. Il suffit de la relier en optique au dac, éventuellement d'utiliser une application tierce plus complète et plus riche que celle de Google Cast (ex : Bubble UPNP) et le tour est joué pour vos fichiers en local et pour le site de streaming auquel vous êtes abonné.
* la solution intermédiaire qui intègre d'autres fonctionnalités (ex : multiroom, entrées numérique et/ou analogique, bluetooth, airplay, USB, etc.) est représentée par des lecteurs réseau entrée de gamme (dans les 400 à 500 €) avec le Sonos Connect, le BlueSound Node 2 ou le Paradigm PWlink.
* il existe aussi une solution haut de gamme avec un lecteur réseau sans dac interne de chez 3D-Lab : le Nano Transport. C'est la première fois que l'on constate une différence très importante sur la partie lecture des fichiers par rapport aux autres lecteurs réseau. Evidemment, cette solution a un coût (1750 €) qui ne se justifie qu'à partir d'un certain niveau de système hifi.
* enfin, il existe les lecteurs réseaux proposés par différents fabricant de hifi (ex : Naim, Atoll, Cambridge, Teac, etc.) mais dans la plupart des cas, ils ne sauront lire que des fichiers stockés en local et il ne sera pas possible de s'interfacer avec des sites de streaming (au-mieux ils en proposeront un seul). Cette solution n'est donc pas universelle et reste réservée à ceux qui ne souhaite lire que des fichiers stockés localement.

Musique Dématérialisée - Exemple 3

 


Interface "Intégrée"


Cette solution peut être pour partie de type "Push" et/ou pour partie de type "Pull".

Elle repose sur un dispositif basé sur un serveur audio (ou serveur musical) intégré.

Ce type de serveurs est capable de numériser et de stocker en interne de la musique dématérialisée. Ils proposent aussi une interface d'exploitation de cette musique dématérialisée (parfois avec un accès à des services de musique sur internet) via un écran tactile ou non (parfois avec la possibilité d'un pilotage distant via une télécommande). Enfin, ils proposent parfois un dispositif de conversion numérique/analogique intégré lui-aussi, permettant de le raccorder directement à un ampli hifi.

Avantages :

* le côté intégré de la solution, permettant de tout faire depuis un seul appareil.
* la possibilité de se passer complètement d'un ordinateur pour numériser et exploiter sa musique dématérialisée.
* la qualité globale de restitution de ce type de produits
* la possibilité de faire évoluer le système, notamment par l'ajout d'un DAC externe

Inconvénients :

* le côté "propriétaire" et moins évolutif de ce type de solution, en particulier pour le stockage et l'interface d'utilisation
* le nombre variable de formats audio supportés
* le coût relativement élevé de cette intégration



Musique dématérialisée - Exemple 3

 

 

La restitution de la musique sur un système hifi...


Ce troisième volet est à distinguer des deux autres, sauf dans le cas d'une interface "intégrée" (serveur audio) où la partie hifi est étroitement liée au serveur lui-même.

Dans ce volet, les enceintes et l'ampli s'envisagent comme dans n'importe quel système hifi. Ce qui change, c'est la conversion d'un fichier de type informatique en un signal audio analogique qui entre dans l'amplificateur.

Cette conversion s'effectue en deux temps :

* la conversion d'un fichier de type informatique (WAV, FLAC, MP3, etc.) - car à ce stade il s'agit d'un fichier de données comme n'importe quel fichier - en un flux numérique audio. La plupart du temps, c'est l'interface utilisée qui se charge de cette conversion. Il existe de petites différences qualitatives entre les différents lecteurs réseaux mais qui sont - à différence de prix égale - sans commune mesure avec les différences que l'on obtient entre des dacs (à l'exception notable des lecteurs de réseau 3D-Lab).

Les seules variables susceptible de dégrader la qualité de ce flux audio sont les couches logicielles utilisée la cas échéant par le système d'exploitation de l'ordinateur (lorsqu'il est utilisé) qui peuvent parfois modifier la qualité du flux numérique et le type de connectique utilisé. Par exemple, il arrive que des sorties de type USB génèrent des parasites dans le flux audio.

* la conversion du flux numérique audio en un signal analogique "compréhensible "par l'ampli. Sur ce point, la solution retenue pour l'interface est déterminante sur la qualité finale à l'écoute.

Toutes les solutions proposent une conversion intégrée mais la plupart du temps, celle-ci est de médiocre à excellente, sauf pour les serveurs audio qui embarquent généralement des convertisseurs de bonne qualité. Dans tous les autres cas, il peut être nécessaire de prévoir un convertisseur externe dont la qualité déterminera directement la qualité d'écoute finale. Enfin, même dans le cas d'un serveur audio, il est possible de faire évoluer le système en ajoutant un convertisseur externe par la suite.

A retenir : la qualité résultante est directement dépendante de la qualité du convertisseur, qu'il soit interne ou externe.


 

Conclusion


Nous espérons que ces éléments vous aideront à profiter au mieux de votre musique dématérialisée.


Avant de mettre en oeuvre une solution, il convient de se poser un certain nombre de questions, notamment en matière d'usage : comment voulez-vous gérer et utiliser votre musique ?

Si vous voulez tout gérer du bout des doigts depuis votre canapé, si vous voulez tout maîtriser depuis votre ordinateur ou si vous voulez une quelque chose d'intégré, les solutions à mettre en oeuvre ne seront pas les mêmes.

En revanche, dans tous les cas, il existe une solution simple et d'un coût raisonnable pour profiter de votre musique dématérialisée avec un niveau de qualité équivalent ou supérieur au CD.