Prise de contact : PE Leon Alegria

Publié le : 04/05/2008 16:00:11
Catégories : Enceintes , Tests - Bancs d'essais

Prise de contact : PE Leon Alegria
 


Comme toujours, nous avons voulu faire nos tests en utilisant des électroniques "raisonnables" eu égard au prix de l'enceinte. Nous avons donc utilisé successivement le couple Isem Ego4 + Xtasis (histoire de voir sa capacité à être alimentée par une "petite" électronique), nous sommes ensuite passé aux 3D-Lab CD-Master et i-Master, puis à l'ensemble Icos Fado + Manley Stingray et enfin, à l'ensemble Naim Audio CD5x, NAC 122x et NAP 150x. Nous n'avons pas voulu la tester à ce stade avec des électroniques plus haut de gamme car le temps nous était compté et nous savons aussi de quoi les enceintes PE Leon sont capables lorsqu'on les alimente avec des électroniques de haut niveau...

Ce qui frappe, de prime abord, c'est sa facilité. Le Xtasis les alimente très correctement même si - on le verra - elles sont capable d'aller beaucoup plus loin.

Ensuite, ce qui saute aux oreilles c'est la scène sonore, très large, très ouverte, avec une parfaite focalisation des interprètes. Les enceintes disparaissent complètement...

Troisième impression, le niveau de détail incroyable sur tous les registres. Sur des enregistrements que nous connaissons parfaitement nous pensons (sans comparaison directe, il est toujours difficile d'en être totalement sûr) avoir entendu des détails que nous n'avions jamais entendus... (A ce stade, nous étions sur le couple Icos Fado + Manley Stingray). L'aigu est extrêmement fouillé, le grave parfaitement lisible et contrôlé et le medium à sa place, avec une très grande présence. Bref, une transparence incroyable.

Quatrième impression, la bande passante, en particulier dans le grave mais sans le moindre excès. Le tweeter en céramique doit jouer un rôle non-négligeable dans le haut, mais sans aucune agressivité ni aucune projection.

Cinquième impression : cette enceinte n'impose pas sa sonorité aux électroniques et l'on entend parfaitement leur différence et leur caractère, lorsque l'on passe de l'une à l'autre.

Enfin, nous avons fait une blague à Pierre-Etienne en n'installant pas tout de suite le cône central de découplage de l'enceinte et en la laissant donc reposer sur les 4 cônes qui servent normalement à assurer l'équilibre de l'enceinte lorsque le cône central est installé. Au milieu des écoutes, nous avons installé ce cône central, pas totalement convaincus a priori de son efficacité.

Euh... comment dire... vous connaissez l'histoire de l'arroseur arrosé ? Instantanément, tout était plus lisible, encore mieux focalisé, plus ouvert, plus tendu, plus rapide, plus transparent... Il y a vraiment une différence incroyable et j'en connais un qui rigole encore...

La bonne nouvelle, c'est que Pierre-Etienne Leon va proposer en option le même système de cône central pour la Kantor (puisque la découpe pour celui-ci dans le socle existe déjà). Gageons que cet accessoire va devenir rapidement indispensable à tout possesseur de Kantor. Pour notre part, nous allons tester très rapidement la mise en oeuvre de ce système de cône sur notre paire de démo et nous vous en dirons des nouvelles...

La mauvaise nouvelle maintenant : les Alegria ne seront disponibles et à l'écoute que vers la fin du mois de mai, pas avant. Il va falloir être encore un peu patients...

Guillaume

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Suivez-nous sur Facebook